L’Alliance noire pour la paix exige des États-Unis hors d’Afrique

 

« Nous demandons que le Black Caucus du Congrès prenne position publiquement contre AFRICOM. »

La Journée de la libération de l’Afrique (ALD) est née de la tentative d’établir l’unité continentale de l’Afrique et de tous les peuples africains il y a 55 ans et elle est maintenant célébrée tous les 25 mai dans le monde entier.

L’Alliance Noire pour la Paix (BAP), un projet centré sur une approche radicale de la lutte pour le (s) peuple (s) collectif (s) centré sur l’autodétermination, le droit au changement révolutionnaire et l’anti-impérialisme commémore l’ALD en exigeant équivoque que les États-Unis ferment toutes les bases américaines et retire ses forces du continent africain.

Pourquoi cette demande?

Le continent africain ne sera jamais libre de développer son énorme potentiel en tant que force révolutionnaire pour le progrès de tous les peuples africains et de toute l’humanité tant que l’impérialisme américain sera autorisé à fonctionner sans restriction.

Aujourd’hui, les États-Unis sont impliqués dans une reconquête militaire agressive de l’Afrique par le biais de son Commandement Afrique des États-Unis, AFRICOM, créé en 2008 dans le but d’accroître l’influence des États-Unis sur l’ensemble du continent africain. L ‘AFRICOM a rendu les Etats africains vassaux suivant les dictats de la politique étrangère des Etats – Unis, qui sont antithétiques aux besoins des Africains.

Selon Maurice Carney, directeur exécutif des «Amis du Congo» et membre du BAP, «En raison de l’incapacité des États-Unis et de l’Europe à concurrencer économiquement la Chine sur le continent africain, les États-Unis ont lancé AFRICOM pour protéger leurs intérêts stratégiques. une façade humanitaire bénigne de construction de puits et de formation de soldats aux pratiques des droits de l’homme, sa présence toujours croissante (augmentation estimée à 2 000% depuis sa création en 2008) a été dévastatrice pour les masses opprimées sur le continent.

« Nous devons appeler les membres de l’élite noire aux États-Unis qui collaborent avec le pouvoir impérialiste. »

Le blocage de l’expansion militaire de l’État colonisateur américain doit être considéré par tous les panafricanistes révolutionnaires comme un objectif primordial. Cependant, les membres du BAP comprennent que cela signifie également que la contradiction interne représentée par la collaboration des criminels néo-coloniaux compradores qui dirigent tant de micro-états sur le continent doit également être ciblée.

Cela signifie aussi que nous devons appeler les membres de l’élite noire aux États-Unis qui collaborent avec le pouvoir impérialiste.

Margaret Kimberley du Black Agenda Report et membre du Comité de coordination du BAP souligne que «les membres du Caucus noir du Congrès étaient autrefois connus comme« la conscience du Congrès ». Malheureusement, la plupart d’entre eux ont voté pour l’augmentation de 80 milliards de dollars de l’administration Trump au budget de la défense en 2017. Ces fonds priveront non seulement les Américains des nombreux programmes gouvernementaux qui assurent leur bien-être, mais serviront également à poursuivre les guerres. en Somalie, au Congo, au Kenya et au Niger et entraîner la mort et la destruction de millions de personnes.  »

Par conséquent, nous demandons qu’à l’approche du 10ème anniversaire d’AFRICOM, le Caucus noir du Congrès prenne position publiquement contre l’AFRICOM et cesse son soutien au militarisme américain et au bellicisme en Afrique mais aussi dans les rues des États-Unis.

Alors, en cette journée de la libération de l’Afrique, joignez-vous à nous pour exiger que l’AFRICOM soit démantelée et que les actions prédatrices de ce pays contre des millions d’Africains prennent fin immédiatement.

Pour plus d’informations sur le travail de BAP, rendez-vous sur https://blackallianceforpeace.com/

Coordonnées @ blackallianceforpeace.com.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *